Claire Devers et « les Marins perdus »

Claire Devers et les « Marins Perdus » à l’Axel à Chalon
Publié le 14 Janvier 2018 à 22:20
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par email

Actuellement en séjour à Chalon-sur-Saône pour sa première création théâtrale, Claire Devers s’est replongée, le temps d’une soirée-Bobine, dans l’une de ses réalisations ciné d’il y a quinze ans : « Les Marins Perdus ».

Fait de plus en plus rare au cinéma, les spectateurs Axelo-Bobineux du lundi 8 janvier au soir ont pu voir Les Marins Perdus au moyen d’une copie 35 mm. Et, contrairement aux craintes de Claire Devers, la bobine a tenu le coup, procurant aux spectateurs le plaisir de revoir ce film tragique de 2003 sur grand écran avant d’assaillir la réalisatrice de questions à l’issue de la projection.

Cette histoire de marins bloqués sur leur cargo dans le port de Marseille est issue du roman de Jean-Claude Izzo. Claire Devers explique : « C’est un producteur qui m’a envoyé le roman. Dès que je l’ai lu, pour moi ça a été une évidence. J’ai pu rencontrer Izzo, lui parler de la manière selon laquelle j’allais l’adapter. Il a été proche de tout ce que je faisais pendant l’écriture du scénario mais il était déjà mort quand j’ai commencé de tourner. A l’époque, il y avait de nombreux faits divers sur des bateaux bloqués en port et Izzo s’en est inspiré. Ce qui m’a vraiment plu, c’est l’histoire de ces trois hommes et de leurs trois rapports différents aux femmes. C’est aussi toute une époque qui se termine et ces marins savent qu’ils doivent se réinventer une nouvelle vie. Pour les personnages, je voulais des acteurs avec des tempéraments. Bernard Giraudeau est arrivé très vite sur le tournage. Je ne savais pas qu’il avait été marin dans la Marine Nationale. » Lorsqu’on lui parle du cargo, qui apparait comme un personnage à part entière dans le film, Claire Devers précise : « On a gardé le côté contraignant du cargo pour donner cette impression que l’on vit avec les marins, avec la tôle ; c’est pour ça qu’il a ce côté personnage, que je n’aurais jamais eu en studio. »

Claire Devers, actuellement à Chalon-sur-Saône dans le cadre de sa première création théâtrale, Bluebird, visible du 16 au 18 janvier au Théâtre du Port Nord, a annoncé la sortie prochaine de sa dernière réalisation cinématographique, actuellement en post-production, Pauvre Georges, adaptation d’un roman américain, qui sera en salle à la fin de l’année 2018. Souhaitons qu’elle reviendra à Chalon pour la présenter.
Extrait : Info Chalon.com

Jean-Claude Izzo par Jean Marc Matalon

Jean Marc Matalon qui fait partager sa passion pour Jean-Claude Izzo, nous propose une promenade dans Marseille, sur les pas de l’auteur de « Total Khéops ». Un petit livre à lire sur écran (tablette, ordi, liseuse, smartphone📱💻…), et à télécharger à partir des grandes librairies numériques .fiction/biographie  écrite par Jean-marc Matalon, journaliste vient de paraitre en ligne

 


Jean-Marc Matalon est né à Marseille. Journaliste dans la presse régionale (La Marseillaise, le Provençal, Radio Monte Carlo) et nationale (Associated Press, Le Moniteur), il mène actuellement un travail de recherche sur les faits divers et les drames sociaux qui ont marqué la mémoire collective des Marseillais à travers les siècles.

Le Soleil des mourants sur France Culture

France Culture Fiction

Samedi noir.

Samedi 13 mai de 20h à 21h
« Le Soleil des mourants» de Jean-Claude Izzo
Adaptation : Sophie Lemp
Réalisation : Sophie-Aude Picon

Le fiction sera donc aussi  écoutable qu’après la diffusion c’est-à-dire dimanche :

https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/le-soleil-des-mourants-de-jean-claude-izzo 

Le-Soleil-des-mourants- Jean-Claude Izzo est publié chez Flammarion et chez J’ai lu

Hommage à Jean Claude IZZO. Nîmes Noir . 2017

A Nîmes , la Librairie Diderot a organisé en partenariat avec la Maison Théatre des littérature à haute voix  son Festival du livre noir  » Nîmes Noir ».

Le thème 2017 était « la marge, source d’inspiration pour le roman noir ? »Le vendredi 24 février à 19h un  hommage particulier a été rendu  au romancier Jean-Claude Izzo. Lecture de larges extraits par Denis Lanoy, directeur de la Maison Théâtre des littérature à haute voix  et conversation/souvenirs avec Jacques Roger, journaliste  à la Maison des littératures à haute voix.

lesamisdediderot@gmail.com

De nouvelles dates pour la Ballade dans le panier

Balade littéraire et musicale dans le quartier du Panier
autour du roman « Total Khéops » de Jean-Claude Izzo

Lectures en musique

Dans une ambiance jazz et polar, laissez-vous guider dans le dédale de rues et de ruelles du plus vieux quartier de Marseille : Le Panier.
Venez re-découvrir Total Khéops et plonger dans l’univers d’un polar dans les lieux mêmes où se déroule l’histoire.

Avec Anne marie, comédienne relayant l’auteur, et la complicité de Dolfy, au sax, vivez l’histoire de Total Khéops et de ses héros, celle de Ugo, le truand et de Fabio Montale, le flic.
Dolfy, variant sax, voix et concertina, rythme la balade comme Izzo a rythmé son roman d’évocations musicales.

Et pour les curieux que l’histoire intéresse, Anne Marie dévoilera quelques secrets des murs de ce vieux quartier.

Au plaisir de vous y retrouver !

Prochaines balades

samedi 8 avril 2017
samedi 24 juin 2017

> lieu de rendez-vous : 10h45 face à la Vieille Charité
> durée : 1h00
> tarif : 12 €
> infos et réservations
– en téléphonant à l’Office de Tourisme de Marseille : 0826 500 500 (0,15 €/min)
– en réservant sur site de lOffice de Tourisme de la Ville de Marseille
Ballade au Panier

Le Marseille d’Izzo

MarseilleL’exposition « Le Marseille d’IZZO » sera présentée au Cercle de la Renaissance. La Ciotat. du 17 au 22 octobre 2016.
Produite par le COBIAC
Réalisée par Sebastien IZZO avec les photographies de Daniel Mordzinski.
L’exposition propose une sélection de textes de Jean-Claude Izzo sur Marseille et sa région et de photographies sur les lieux visités par Daniel Mordzinski avec lui. Ils avaient en projet la réalisation d’un livre.
Jean-Claude Izzo n’a pu finir ce projet qui a été repris par son fils Sebastien.
L’exposition a reçu le soutien du Ministère de la Culture. DRAC Provence Alpes Côte d’Azur.
La location permet de soutenir des projets de bibliothèques dans le monde.

Cercle de la Renaissance. 10 rue Maréchal Gallieni. (en face de la poste) La Ciotat.

Pour toutes informations sur cette exposition, contactez le COBIAC. contact@cobiac.org

www.danielmordzinski.com
www.cobiac.org